Gouvernance d'un commun

From P2P Foundation
Jump to: navigation, search

"Votre initiative progresse par décisions horizontales collectives. L'organisation est transparente. L'ensemble des informations du projet (économique, humaine, etc...) sont publiques. Il y a des informations en ligne sur le financement du projet et son état. Les discussions, en particulier stratégiques, se font sur des espaces "ouverts" où chacun peut participer. Il y a affichage des membres et contacts possibles, ainsi que des procédures internes. Des espaces pour remonter et prendre en compte les tensions existent, et un mode de prise de décision a été choisi"

Documentation

La stigmergie

Exemples d'outils


Réflexion sur les prises de décisions classiques en AG

Pourquoi sortir des prises de décisions en AG et aller vers d'autres pratiques comme celles introduites par l'outil loomio.org ?

La prise de décision en assemblée générale est le choix d'une méthode et d'un processus de décision. Comme tout choix, cela n'est pas neutre dans le processus démocratique. Dans les points négatifs (il faudra travailler sur les points positifs) à la prise de décision en AG, nous pouvons noter que :

  • Cela force à prendre des décisions sur l'instant sans réfléchir, sans avoir le temps de voir les autres positionnements et de comprendre les oppositions. Très vite, on en vient à passer à des votes plutôt que de prendre le temps du consentement.
  • On peut avoir peur de se mettre contre une décision dans le direct du moment, par exemple parce que la réunion est déjà trop longue ou que l'on n'a pas la bonne élocution. L'impression du moment donné par un bon argument peut faire complètement changer les avis, ou l'arrivée proche du repas ou de la fin de la réunion
  • Cela force les gens à venir car ils veulent donner leur avis sur une décision, mais dans le même temps, du monde se retrouve à venir donner son avis sur les autres décisions en cours alors que ça ne les concerne pas....

L'utilisation d'outils comme Loomio viennent résoudre cette problèmatique car ils permettent

  • De prendre une décision en différé, puisque le vote peut s'étaler sur plusieurs jours.
  • De voir les arguments contre et donc d'ajuster la proposition ou de déceler des incompréhensions qui permettent d'atteindre le consensus.
  • De faire participer que ceux intéressés puisqu'il est possible de "découper les décisions" à prendre
  • De prendre des décisions très régulièrement, sans avoir à attendre les assemblées générales.


Penser la neutralité

Un commun ne peut être approprié par un groupe fermé qui limite l'entrée à de nouveaux entrants. Produit par la communauté, il est au service de la communauté prise dans son ensemble, et non d’un acteur en particulier. Dans cette perspective, ses contributeurs / utilisateurs se doivent de respecter une certaine neutralité. Il serait dommageable qu’un acteur de la communauté se l’approprie ou l’utilise à des fins personnelles. Un comportement de ce type pourrait cristalliser des tensions au sein de la communauté et la mettre ainsi en danger.

Ce ne serait par ailleurs pas intéressant en terme de communication. L’avantage des espaces neutres est que l’on peut facilement les investir, là où des espaces davantage marqués peuvent engendrer des réactions de type :

“Je ne veux pas y aller parce que, même si c’est intéressant, c’est porté par X ou Y ou Z.” (rédigé par openchateau http://www.openchateau.io/2015/06/16/code-social/ )