Propositions de transition vers une économie et une société orientées vers les communs

From P2P Foundation
Jump to: navigation, search

Cette page est une traduction de la page originale en anglais : Transition Proposals Towards a Commons-Oriented Economy and Society

Propositions

L'État

  • L'Etat devient un Etat partenaire, qui vise à permettre et encapaciter la production et l'autonomisation sociale, qui réglemente aussi dans le contexte relatif aux biens communs
  • L'Etat veille à l'ouverture maximale et la transparence
  • L'État systématise la participation, la délibération et la consultation en temps réel des citoyens
  • La logique sociale évolue de "centrée sur la propriété" vers "centrée sur le citoyen"
  • L'Etat dé-bureaucratise par la "commonification" des services publics et des partenariats publics-communs
  • Les emplois dans la fonction publique sont considérés comme une ressource commune et la participation est étendue à toute la population.
  • La démocratie représentative est étendue par le biais de mécanismes participatifs (législation participative, budget participatif, etc...).
  • La démocratie représentative est étendue grâce à des mécanismes de délibération en ligne et hors ligne.
  • La démocratie représentative est étendue par le vote liquide (consultations et procédures démocratiques en temps réel, couplées à des mécanismes de vote par procuration).
  • Imposition du travail productif, l'esprit d'entreprise et l'investissement éthique est réduit au minimum; la taxation de la production de biens sociaux et environnementaux est réduite au minimum; l'imposition des investissements improductifs spéculatifs est augmentée; la fiscalité sur les revenus locatifs improductifs est augmentée; la taxation des externalités sociales et environnementales négatives est augmentée.
  • L'État soutient les infrastructures civiles axées sur les communs et les acteurs du marché des biens communs axés sur l'éthique.
  • L'Etat fait des réformes du secteur traditionnel des entreprises pour réduire au minimum les externalités sociales et environnementales.
  • L'Etat s'engage dans la création monétaire publique sans dette et soutient une structure de monnaies complémentaires spécialisées.

L'économie éthique

  • Création d'une économie des communs et des biens communs axée sur l'éthique / civique / sociale / solidaire.
  • Les acteurs du marché éthique s'unissent autour des communs de la connaissance productive, en utilisant éventuellement la production par les pairs et les licences axées sur les communs pour soutenir le secteur socio-économique.
  • Les acteurs du marché éthique intègrent de bonnes pratiques axées sur les communs, sur l'utilisateur, et les travailleurs avec plusieurs parties prenantes dans leurs modèles de gouvernance.
  • Les acteurs du marché éthique passent de formes de propriétés extractives à des formes génératives; les formats ouverts d'entreprises éthiques axées sur les communs sont privilégiés.
  • Les acteurs du marché éthiques utilisent des livres comptables ouverts et des des chaînes d'approvisionnement ouvertes pour augmenter la coordination non marchande de la production.
  • Les acteurs du marché éthique créent un réseau territorial et sectoriel de Chambres des communs pour définir leurs besoins communs, leurs objectifs et l'interface avec la société civile, les commoners et l'Etat partenaire.
  • Avec l'aide de l'Etat-partenaire, les acteurs du marché éthique créent des structures de soutien à la commercialisation ouverte, qui maintiennent et soutiennent les communs.
  • Les acteurs du marché éthique s'interconnectent avec les communautés productives de communs mondiales (communautés de conception ouverte) et avec les associations productives globales (phyles) qui projettent un pouvoir de marché éthique sur une échelle mondiale.
  • Les acteurs du marché éthique adoptent un différentiel de 1 à 8 des salaires et des niveaux de salaire minimum et maximum sont fixés.
  • Le secteur commercial grand public est réformé pour minimiser les externalités sociales et environnementales négatives; incitations à condition de viser une convergence entre l'économie d'entreprise et la solidarité.
  • Les formes économiques hybrides, comme le commerce équitable, l'esprit d'entreprise sociale, les B-sociétés sont encouragées à aller vers une telle convergence
  • Des micro-usines distribuées pour (g)localiser la fabrication à la demande sont créées et soutenues, afin de satisfaire les besoins locaux pour les produits de base et les machines.
  • Des instituts pour le soutien de la connaissance productive sont créés sur une base territoriale et sectorielle.
  • L'enseignement s'oriente vers la co-création de connaissances productives pour venir à l'appui de l'économie sociale et des communs ouverts et la connaissance productive.


Le secteur des communs

  • Création d'infrastructures communes pour les biens immatériels et matériels; la société est considérée comme une série de communs solidaires, qui sont soutenus par une économie de marché éthique et un État partenaire qui protège le bien commun et crée des infrastructures civiles de soutien.
  • Les communes locales et sectorielles créent des alliances civiles des communs pour créer une interface avec la Chambre des communs et l'État partenaire.
  • Solidariser des associations à but lucratif (Fondations pour les connaissances sur les communs) qui encapacitent et protégent les différentes communs.
  • Des coopératives solidaires forment des partenariats public-communs en alliance avec l'État-partenaire et le secteur de l'économie éthique représentée par la Chambre des communs.
  • Les communs naturels sont gérés par un partenariat public-communs et fondés sur l'appartenance civique à des Trusts de communs.