Le peer to peer : nouvelle formation sociale, nouveau modèle civilisationnel

From P2P Foundation
Jump to: navigation, search

Auteur: Michel Bauwens

Cette article est paru dans la Revue du Mauss ( http://www.revuedumauss.com.fr ; rédacteur responsable de la Revue du Mauss : Alain [email protected] ). Avec l'assistance de Rémi Sussan.

Chiang Mai, Septembre 1, 2005


Introduction

La plupart des lecteurs sont familiers avec le concept de 'peer to peer' dans le domaine technologique, et spécifiquement, en tant que technologie de base pour le partage de fichiers, et connaissent les nombreuses controverses suscitées par l’échange (en fait : le ‘partage’) de contenus musicaux et audiovisuels. Notre propre conception du peer to peer, ou 'pair à pair' est bien plus large. Il s'agit en fait d'une dynamique intersubjective caractéristique des réseaux distribués. Le but de cet essai est de montrer qu'il s'agit d'une véritable nouvelle forme d’organisation sociale, apte à produire et échanger des biens, à créer de la valeur. Celle-ci est la conséquence d'un nouvel imaginaire social, et possède le potentiel de devenir le pilier d'un nouveau mode d'économie politique, voire d'un nouveau type de civilisation. Pour cela, nous allons d'abord définir le P2P, décrire en bref ces manifestations, et le différencier d'autres modalités d'échange intersubjectif tel que le marché, la hiérarchie, l'économie du don.


Définition préliminaire du P2P

Le P2P est la dynamique humaine intersubjective à l'œuvre dans les réseaux distribués. Un réseau distribué n'est donc pas 'centralisé' (tel que les anciens réseaux téléphoniques), ou même décentralisé (comme le système des aéroports américains, organisé autour de hubs obligatoires). Un réseau distribué peut avoir des nœuds plus importants que les autres, mais ceux-la ne peuvent être obligatoires et n'ont pas d'autorité sur les agents / participants. Des exemples récents sont l'Internet et les réseaux routiers. Avec ce système, les agents sont donc autonomes, libres d'agir et de contribuer (et donc aussi: de se retirer, de ne pas participer), et ne sont pas soumis ni contrôlés par une autorité hiérarchique, ni motivés par des signaux économiques comme le 'prix' ou le 'salaire'. Pour que naissent ce type de relation intersubjective, les agents doivent être considérés comme équipotentiels, 'égaux en puissance', ayant la capacité de contribuer sans sélection préalable, et sont généralement unis autour d'un projet commun, 'un objet'. Il s'agit de ce que certains sociologues ont pu appeler une 'socialité orientée vers un objet'

Les processus P2P sont donc généralement associés à une production de valeur, la 'peer production', et sont autogouvernés, la 'peer governance'. Les processus P2P n'ont pas de téléologie de profit, mais de valeur d'usage. Leurs 'produits' sont rarement vendus sur le marché mais sont la plupart du temps mis gratuitement à la disposition des utilisateurs et du public, sous des formes propriétaires nouvelles, de 'bien public' ou 'bien communautaire', "non-étatiques".


L'émergence du P2P

La définition préliminaire peut paraître abstraite, mais le phénomène s'étend dans tous les domaines de la vie sociale. Le but n'est pas ici de donner une description exhaustive, comme je l'ai fait ailleurs (http://integralvisioning.org/article.php?story=p2ptheory1) mais de donner une idée de son énorme étendue. Il ne s'agit donc certainement pas d'un phénomène marginal, mais bien d'un phénomène émergent et interconnecté qui est caractéristique des secteurs de pointes de la société contemporaine (technologies, échange et production de savoirs)

Le P2P est premièrement la base infrastructurelle du système économique contemporain, c.a.d. du "capitalisme cognitif". L'Internet et le Web sont aujourd’hui la base même de la communication et de la coordination des processus dans les entreprises, ainsi que de la communication du public. Son architecture a été spécifiquement conçue comme un réseau 'point a point'. D'autre phénomène liés sont le partage de fichier, par le biais duquel le concept de peer to peer est apparu pour la première fois dans la conscience publique; le 'grid computing', le réseau mondial sans fil en construction (le Wireless Commons), et bien d'autres. Une nouvelle génération de 'Communicateurs Viraux' permettent de créer des réseaux distribués sans infrastructure préalable: ce sont les ressources supplémentaires de chaque 'participant' qui la créent.

Le P2P est aussi une nouvelle infrastructure médiatique. Avec l'apparition du Writeable Web, et spécifiquement de la blogosphère, il est dorénavant possible de 'publier' sans intermédiaire industriel; ce phénomène de démocratisation de l'édition et de l'expression créative est également en train de s’étendre au domaine audio, par le biais du podcasting,, et même à la vidéo, avec le webcasting. Toute la chaîne de production/publication, de distribution, et de 'consommation /utilisation' a été profondément 'désintermediatisée' (une nouvelle intermédiation peut se faire, mais ne passant plus par les acteurs classiques des médias de masse). Cette nouvelle infrastructure est en partie complémentaire des médias de masse, mais fonctionne aussi comme alternative, par les forces sociales et politiques n'ayant pas accès aux médias traditionnels.

En troisième lieu, toujours concernant l'infrastructure technologique, le P2P est devenue l'infrastructure collaborative mondiale. Il est aujourd’hui possible, avec une grande panoplie d'outils collaboratifs de produire des biens immatériels, ou de faire du 'design' de bien matériels, et même de partager des bien matériels, par le biais de groupe autonome de la société civile, de faire de la production sans l’intermédiaire d'usines ni d’entrepreneurs. Il suffit de jeter un coup d'œil sur la modélisation graphique des 'technologies de coopération' de Howard Rheingold, pour se rendre compte de l'énorme développement et de la maturité de ce nouveau domaine. Pour le grand public, ce sont les outils de la famille Wiki qui sont les plus connus.

Il y a un quatrième aspect fondamental qui n'est pas technologique, mais légal. La General Public License, utilisée par le mouvement du logiciel libre, permet de créer des 'biens publics' qui ne peuvent pas être appropriés par des acteurs privés. Des outils similaires ont été développés pour la création de contenus créatifs, comme l'initiative des licences Creative Commons.

Quittons maintenant la sphère infrastructurelle pour voir ce que les processus P2P ont déjà 'produit'. Nous passons ainsi a un deuxième niveau, celle des pratiques sociales. Premièrement, la sphère infrastructurelle elle-même a été créée en très grande partie par des processus de production P2P. L'Internet ne pourrait tout simplement pas fonctionner sans les logiciels libres. Des 'collectifs cognitifs' autonomes et collaboratifs ont créé non seulement des programmes, mais des millions de pages de contenu coopératif, dont le plus connu est probablement l'encyclopédie gratuite Wikipedia. Le deuxième mode de transports aux Etats-Unis, le car-pooling, se fait par le biais de ces mêmes principes. Des centaines de milliers d'internautes partagent leurs ressources informatiques (mémoire, fichiers, etc..) pour des projets d'intérêt public. Notons aussi l'extraordinaire essor du journalisme participatif et citoyen, dans un contexte de déclin généralisé des médias traditionnels. On peut donc bien parler, comme l'a fait déjà Yochai Benkler, d'un troisième mode de production, qui n'est ni géré par un mode hiérarchique ou par l'état, ni répondant a des impératifs de profit ou sont modulés par le biais des prix, dans un marché compétitif. Yochai Benkler, par le biais d'une analyse des coûts de transaction et d'information a pu démontrer que lorsque les coûts de départ sont distribués (outillages informatiques de millions d'utilisateurs) ou faibles, les processus de 'peer production' sont en fait plus efficaces que le marché. Cette peer production crée donc des biens publics, les "Information Commons", et des mouvements politiques de défense du Commun, bien analysés par Philippe Aigrain dans son livre Cause Commune. Il s'agit de tous ces mouvements qui visent a protéger les biens communs contre l'appropriation privée abusive: mouvements contre les prix prohibitifs des médicaments du Sida, protection de la propriété commune des ressources naturelles et contre la biopiraterie, mouvement pour l'accès libre a l'information scientifique, etc…

Nous arrivons donc maintenant dans l'arène politique. Il est clair que tous ces projets de production commune doivent également être gérés. La 'peer production' est donc inévitablement liée a de nouvelles formes de gouvernance: la 'peer governance', dont l'Internet même est un exemple. Quel est aujourd’hui le mouvement politique qui a émergé globalement, qui ne dispose ni de médias classiques et arrive pourtant a mobiliser des centaines de milliers de personnes? C'est évidemment le mouvement altermondialiste. Ces acteurs utilisent principalement l'infrastructure P2P pour s'organiser, et ont adopté des principes de gouvernance P2P. Contrairement à d'autres mouvements politiques du passé, ces aspects 'égalitaires' n'ont pas diminué, mais se sont renforcés au travers des années. Des observateurs on également noté que les nouvelles luttes sociales, prennent la forme de 'coordinations'. Implicite dans les nouveaux formats politiques est le refus de la 'représentation', c.a.d. de la délégation du pouvoir.

Le P2P possède également des aspects 'culturels' très marquants, ce qui constitue un troisième niveau, représentant une nouvelle subjectivité et des nouvelles constellations de valeur.. L'aspect le plus connu en est celui des nouvelles attitudes de travail, telles que les a décrites Pekka Himanen dans son livre sur "L'éthique des Hackers". Moins connu du grand public, on trouve aussi une évolution des pratiques religieuses et spirituelles, visibles là où les vérités pré-établies sont rejetées, ainsi que les formes autoritaires d'organisation qui les véhiculent.. Nombreux sont déjà les 'peer circles', spécialement parmi les mouvements néopaiens, un phénomène des grandes villes occidentales, mais qui est également perceptible dans d'autres traditions. Il s'agit aujourd'hui de développer une 'spiritualité contributive et participative' à travers des communautés de 'pairs', et non de suivre des traces établis de façon autoritaire.

Ce que nous ne pouvons pas développer ici, ce sont tous les nouveaux mouvements de pensée qui accompagnent cette émergence. Ces penseurs et écrivains sont l'expression d'une transformation des subjectivités et de l'imaginaire social, et d'un rejet du tout marché (et du tout Etat), qui est devenu endémique dans la société occidentale. Nous croyons donc que le P2P n'est pas simplement 'déterminé’ par les nouvelles technologies et infrastructures, mais que l'émergence de ces processus est aussi le résultat d'une profonde transformation ontologique (nouvelle façon d'être et de sentir), épistémologique, et axiologique (nouvelle constellation de valeurs), dont les nouvelles technologies sont elles-mêmes l'expression, mais nous admettons que ces outils technologiques rendent en partie possible la généralisation de ces nouvelles pratiques sociales.

Pour conclure ce petit survol de l'émergence du P2P, nous croyons également que le P2P représentent une nouvelle éthique de vie, accompagne de nouveaux idéaux pour l'organisation de la société. Si l'espace ne nous permets pas de convaincre le lecteur du bien-fondé de cette synthèse, nous voulons quand même mentionner quelques de ces principes, autour de trois axes principaux:

  • Concernant la politique et gouvernance: le principe de démocratie absolue basé sur la non-représentation: il s'agit ici d'étendre les principes de démocratie, d'autonomie et de coopération libre vers la totalité de la vie sociale (toute en maintenant la différentiation moderne, c.a.d. en respectant des modes d'organisation différentes). Des processus de 'peer governance' peuvent exister a cote de la démocratie représentative, des modèles de 'peer production' peuvent coexister avec les modèles autoritaires, souvent encore de type féodal, de l'entreprise contemporaine.
  • Concernant l'économie: le principe d'une économie pluraliste basée en priorité sur l'existence d'un Commun, et secondairement sur un marché et un état reformé: il s'agit ici d'éviter le 'tout-marché', le 'tout état', mais également une possible dérive totalitaire de type communautaire qui serait base sur la totalisation du mode P2P.
  • Concernant l'environnement planétaire et cosmique: le principe de la relation participative avec l'environnement, le monde cosmique, et les totalités concrètes ou imaginaires


Quelques clarifications et caractéristiques importantes

Les processus P2P sont essentiellement liés à des pratiques de participation 'maximale'. A partir de la création des sociétés de classe inégalitaires on pourra décrire l'histoire de la civilisation humaine comme une histoire de la participation:

  1. civilisation inégalitaire sans participation aucune dans le domaine du pouvoir politique
  2. civilisation sur base d'égalité formelle qui accepte la participation politique sur base de représentation
  3. processus d'élargissement de la participation dans divers autres domaines. C'est évidemment la phase actuelle
  4. Ce vers quoi l'évolution sociale devrait tendre si les processus P2P deviennent dominants: civilisation participative généralisée basée sur la création du Commun et sur la participation équipotentielle de tout un chacun

Il peut donc y avoir bel et bien des pratiques hiérarchiques dans les processus P2P, mais l’important est alors de savoir si l'existence d'éléments hiérarchique est employée pour promouvoir la participation, ou pour consolider l'existence d'une élite permanente. Par exemple, si un groupe de PDG crée un réseau collaboratif, il est probable que le processus a pour but de renforcer le pouvoir mutuel, non de l'ouvrir a une participation équipotentielle de tout un chacun. Par contre, les éléments hiérarchiques tel que le système d'adresse DNS, ou l'emboîtement hiérarchique des couches de protocole TCP/IP, ou le modèle client/serveur du Web, n'élimine pas la participation généralisée, mais la rend possible.

L'élément d'équipotentialité est crucial pour comprendre les processus P2P. Dans les processus sociaux modernes, la connaissance est en quelques sorte démocratisée, mais en même temps elle est aussi soumise a des processus de validation institutionnalisée. Participent a des projets, ceux dont la connaissance et l'expertise a été validée préalablement. Par exemple, pour écrire dans une revue scientifique, on doit démontrer son expertise formalisée par un diplôme, faire référence a ses écrits préalables, puis être jugés par des pairs. Dans les nouveaux processus de création de connaissance P2P, il n'y a pas de sélection préalable, pas de restriction aux 'membres' de l'institution.. La participation est ouverte, et c'est dans le processus de coopération même, que le triage se fait 'a posteriori'. Généralement, les processus de création de valeur d'usage, comme le logiciel libre, sont donc ouverts a tous, à condition que l'équipotentialité soit présente, c.a.d. la capacité de coopérer dans ce contexte spécifique. Ainsi aussi, le Wikipedia est ouvert a tous. Dans l’ University of Openness, une application très radicale des principes P2P, tout un chacun peut créer une faculté, tout un chacun peut devenir un étudiant de cette faculté, qui est avant tout basé sur l'échange de savoir, et sur la recherche de savoir en commun. Les facultés disposent également d'une bibliothèque coopérative et diffuse, c.a.d. les livres de chacun mis à la disposition de tous. La validation est communautaire, se fait par le biais de l'intelligence collective dont dispose la communauté (et dont les membres sont informés également par les autres modes de validation institutionnelle). Notons que la participation a des projets P2P peut être automatique. C.a.d. que l'option défaut devient la participation, et que les ressources individuelles sont considérées comme communes 'a priori'. C’est la non-participation qui devient donc elective. Par exemple, dans l'échange de fichier, la participation est automatiquement liée a la mise a disposition de sa propre mémoire dans le réseaux; concernant la méthode de diffusion a bande large BitTorrent, toutes personnes téléchargeant un fichier mets automatiquement a la disposition du système, ses propres ressources non utilisées. Les processus de P2P pratiquent donc en général des procédés de capture automatique, ainsi de nombreuses petites ressources distribuées font naître des méga-projets, qui depassent de loin les capacites de mobilisations des entreprises, meme multinationales.

Dans quelles mesures les processus P2P peuvent ils être distingués de la socialité de réseaux, tel que décrite par Manuel Castells ou Andreas Wittel ? Ces auteurs ne distinguent pas clairement les différents types de réseaux, et nous rappelons que les processus P2P sont caractéristiques des réseaux distribués. Prenons l'exemple de Marx observant la naissance du modèle industriel: il aurait pu décrire uniquement les usines, les relations autoritaires a l'intérieur de l'usine. Mais en même temps, les ouvriers créent une nouvelle culture de résistance, des coopératives, mutualités, syndicats et partis politiques populaires. Ces dernières pratiques ont durablement changé la société capitaliste et créé un modèle dans lequel l'économique a été, en tout cas pour un temps, soumis a des priorités sociales (le modèle social Européen ou Rooseveltien). L'approche P2P ne se contente donc pas d'analyser la socialité générale de notre société en réseaux, mais les processus spécifiques qui ont une intentionnalité participative, qui sont une réaction, une résistance et une création sociale vis a vis de la socialité de réseaux généralisée. L'objet des processus P2P est implicitement et explicitement de créer du Commun, et non du marché ou de l'état.

Il faut donc distinguer nettement les processus participatifs purs, résultant dans la création du Commun, de processus qui 'emploient' l'infrastructure P2P, mais tentent de l'approprier dans l'économie marchande. Ainsi, l'ensemble du capitalisme cognitif repose aujourd'hui sur l'infrastructure communicationnelle P2P; les processus collaboratifs intra- et inter-entreprises seraient impossibles sans leur emploi; certaines entreprises, que nous appelons 'netarchiques' reposent explicitement sur la facilitation et l'exploitation des processus participatifs, tel que Amazon, Google, eBay etc… L'idéologie du 'Bottom of the Pyramid development’, visant a une extension du marché vers les tout pauvres, est en quelque sort inspire par certains principes P2P. Plus loin, nous développerons les différences entre les processus P2P et le marché.


Récapitulons quelques principes supplémentaires

  • le P2P n'est pas sans structure, mais possède des structures dynamiques et changeantes, selon les différentes phases de constitution d'un projet
  • le P2P n'est pas sans 'autorité' mais là aussi l'autorité est dynamique, fonctionnellement spécialisée, souvent avec un leadership collectif, gardien des valeurs et de la vision du projet, mais dont l'influence dépend de l'engagement concret
  • la communication n'y est pas formalisée dans des processus de haut en bas et réciproquement, mais y est intégrée aux 'protocoles' même du système.
  • La coopération doit être libre et non forcée, et soit le retrait, soit le 'forking', la création d'un nouveau projet, doit être possible a tout instant.
  • Si les systèmes hiérarchiques sont caractérisés par le panoptisme, c.a.d. la capacité réservée à la hiérarchie de voir le système dans son entièreté; les processus P2P sont caractérisés par l'holoptisme, c.a.d. la capacité de chaque membre de voir le tout, aussi bien horizontalement (avec les autres participants), qu'avec le développement du système dans son entièreté. La transparence est inscrite dans le protocole même et accessible par les outils informatiques et la communication libre. Ces qualités sont exprimées dans des 'collectifs cyber' reposant sur une collaboration globale. Notons que la qualité d'holoptisme nous permets de distinguer le P2P des processus sociaux des insectes, où les participants n’ont pas cette capacité, et peuvent être sacrifiés au système; cette même qualité permets de distinguer le P2P des processus marchands, ou les individus n'ont pas accès a la connaissance du système dans son entièreté ,et sont seulement engagés dans leur propre transaction.

Si il n'y a pas a proprement parler de hiérarchie, de structure ou d'autorité fixe dans les processus P2P, ou est donc le pouvoir? Le pouvoir est dans la communauté, et cette communauté est non-representationelle. Elle refuse donc de déléguer ces pouvoirs. Ce que ces processus participatifs veulent éviter, c'est l'émergence "d' individu collectif" dans le sens de Louis Dumont, qui peut se détacher des participants (tel l'entreprise ou la nation), et acquérir leur propre stratégie de pouvoir, éventuellement a l'encontre de ces propres membres. En éliminant ainsi les signaux de la hiérarchie et du marché, les projets Commun ont besoin de signaux qui doivent venir des relations sociales elles mêmes. Il y a donc la validation communautaire par le biais de multiples techniques d’auto-évaluation permanente; il y a l'invention de protocoles technologiques indépendants, qui vont tenter d'objectiver cette validation, par exemple, le protocole de Technorati.com qui permets de distinguer les entrées de blogs a partir de leur utilité démontrée par l'usage réel. Ce sont le résultats des ces algorithmes qui vont fréquemment faire un arbitrage 'objectif'.

Notons finalement le processus de dé-marchandisation. Les projets communs produits par le biais des processus sociaux P2P, ne sont généralement pas destinés à la vente, il ne s'agit pas de 'produit' propose a un marché. Ils sont faits pour leur valeur d'usage. L'usage qui en est fait est lui-même le principal outil pour déterminer la valeur d'un projet et des protocoles informatiques peuvent être utilisés pour la mesurer.

Pour qualifier de processus 'peer to peer', nous pensons qu'il est justifié d'y ajouter une caractéristique morale, une 'intentionnalité', qui doit être celle de la participation et de la création du Commun. En effet il est possible de créer des projets collaboratifs fermés a la participation, et il est également possible de produire des produits sans viser de mettre la valeur d'usage en Commun. Il y aujourd’hui un nombre de sites ou des firmes privées qui rémunèrent les meilleures solutions a certains de leur problème, même si le processus de production de ces solutions est le fait de 'collectifs cyber' en compétition, comme l'intentionnalité est ici de 'vendre' la solution, cela peut être au plus un procédé 'partiellement P2P'.


Le P2P et les autres modes intersubjectifs

Introduction : la typologie de Alan Page Fiske

Afin de pouvoir distinguer cette nouvelle formation sociale d'autre mode intersubjectif de création et d'échange de valeurs, nous employons la typologie de l'anthropologue Alan Page Fiske.

Il distingue quatre types de relations intersubjectives: 1) la participation commune; 2) la relation autoritaire; 3) l'échange égalitaire; 4) le marché. Voici un extrait qui explique ces distinctions importantes.

“People use just four fundamental models for organizing most aspects of sociality most of the time in all cultures . These models are Communal Sharing, Authority Ranking, Equality Matching, and Market Pricing. Communal Sharing (CS) is a relationship in which people treat some dyad or group as equivalent and undifferentiated with respect to the social domain in question. Examples are people using a commons (CS with respect to utilization of the particular resource), people intensely in love (CS with respect to their social selves), people who "ask not for whom the bell tolls, for it tolls for thee" (CS with respect to shared suffering and common well-being), or people who kill any member of an enemy group indiscriminately in retaliation for an attack (CS with respect to collective responsibility). In Authority Ranking (AR) people have asymmetric positions in a linear hierarchy in which subordinates defer, respect, and (perhaps) obey, while superiors take precedence and take pastoral responsibility for subordinates. Examples are military hierarchies (AR in decisions, control, and many other matters), ancestor worship (AR in offerings of filial piety and expectations of protection and enforcement of norms), monotheistic religious moralities (AR for the definition of right and wrong by commandments or will of God), social status systems such as class or ethnic rankings (AR with respect to social value of identities), and rankings such as sports team standings (AR with respect to prestige). AR relationships are based on perceptions of legitimate asymmetries, not coercive power; they are not inherently exploitative (although they may involve power or cause harm).

In Equality Matching relationships people keep track of the balance or difference among participants and know what would be required to restore balance. Common manifestations are turn-taking, one-person one-vote elections, equal share distributions, and vengeance based on an-eye-for-an-eye, a-tooth-for-a-tooth. Examples include sports and games (EM with respect to the rules, procedures, equipment and terrain), baby-sitting coops (EM with respect to the exchange of child care), and restitution in-kind (EM with respect to righting a wrong). Market Pricing relationships are oriented to socially meaningful ratios or rates such as prices, wages, interest, rents, tithes, or cost-benefit analyses. Money need not be the medium, and MP relationships need not be selfish, competitive, maximizing, or materialistic—any of the four models may exhibit any of these features. MP relationships are not necessarily individualistic; a family may be the CS or AR unit running a business that operates in an MP mode with respect to other enterprises. Examples are property that can be bought, sold, or treated as investment capital (land or objects as MP), marriages organized contractually or implicitly in terms of costs and benefits to the partners, prostitution (sex as MP), bureaucratic cost-effectiveness standards (resource allocation as MP), utilitarian judgments about the greatest good for the greatest number, or standards of equity in judging entitlements in proportion to contributions (two forms of morality as MP), considerations of "spending time" efficiently, and estimates of expected kill ratios (aggression as MP). “ (source: Fiske website)


P2P et le "Communal Shareholding"

Les projets P2P sont donc caractérisés par la participation de tous en vue d'une production du Commun. Les valeurs d'usage créées par les processus de peer production sont ouvertes à tous, sans restriction. Certes, il est théoriquement possible de vendre des logiciels libres, mais comme le même produit est toujours aussi disponible gratuitement, cette vente est irréaliste sans service associes. Il est donc plus juste de dire que les sociétés de logiciel libre, tel que Red Hat, vendent leur service, plutôt que le logiciel. Si certains programmeurs de logiciel libre sont maintenant payés, cela ne semble pratiquement jamais être une motivation principale dans l'engagement des participants. Le principe sous-jacent a ces projets 'commonistes', et la définition du communisme de Marx: tous contribuent selon leur capacité, tous utilisent selon leur besoin. Il n'y a donc pas de règle de réciprocité directe dans le P2P, la règle est: "donner préférablement un peu, recevoir beaucoup", puisque chaque participant, en y contribuant son apport personnel, a accès à la création collective. Le P2P est un processus 'win-win-win', trois fois gagnant: gagnant pour le participant, gapour la communauté de projet, et la société, qui profitent de la nouvelle valeur d'usage.

Si la peer production crée un nouveau domaine du Commun, des biens collectifs non-etatiques, elle diffère néanmoins en partie des biens collectifs préexistants.

Les nouveaux biens communs sont le fruit de l'abondance (du surplus de ressources informatiques, d'intelligence humaine et de volonté de coopération) et créent à leur tour une abondance, puisqu'ils génèrent essentiellement des biens non-rivaux, qui peuvent être copiés sans perte à coût marginal. Ils sont produits globalement pour un usage global. Ils sont d'accès ouvert, et non-restrictif. Le nouveau Commun n'est nullement caractérisé par une Tragédie des Communs, mais par une Comédie des Communs, car chaque participant enrichit les ressources communes. Même l'utilisateur le plus passif contribue (par le biais de la "capture de participation", voire supra). Le free riding n'y est aucunement problématique. Au contraire, chaque participant augmente les externalités positives du projet. La non-participation doit être vue d'une façon globale. Si dans chaque projet il y a quelques producteurs engagés et beaucoup d'autres plus passifs, globalement, un utilisateur passif trouvera toujours un projet P2P qui le motivera personnellement. Comme il s'agit de ressources non-rivales et qui ne peuvent donc être ni abusées ni monopolisées, une régulation étatique externe est rarement nécessaire, et l’autogouvernance (peer governance) est le plus souvent indiquée.

Dans les Communs physiques, les ressources sont généralement préexistantes, dans les Communs Informationnelles, la ressource est crée. C'est une pure création culturelle.

Il y a cependant des points communs entre les Communs Physiques et Informationnels:

  1. le régime de propriété, non-privé et non-étatique
  2. le processus d'externalité positive (la valeur augmente avec le nombre d'utilisateurs)


Table 1 : Communs Traditionnels vs. Le Commun Informationnel

Les Communs Traditionnels Le Commun Informationnel
Type de ressource Ressource 'rivale' Ressource 'non-rivale'
Étendue Local Non-local
Acteurs Groupe Territoriaux Groupe d'affinité 'globale'
Gouvernance Communautés Collectifs Cyber


Le P2P et l'économie du Don

Alan Page Fiske distingue bien le Communal Shareholding du Equality Matching. Si le premier concerne la participation à des ressources communes, le second est base sur la réciprocité, sur une forme d'échange non-marchande. C'est la différence entre 'participation' et 'partage'. Dans l'économie du don des sociétés non-étatiques et non-marchandes, le don est personnel, crée une relation, une obligation entre le donneur et le receveur. Les processus P2P sont plutôt de nature 'impersonnelle'. La Collaboration a un projet n'implique pas de relation nécessairement personnelle (bien que ce soit pas exclu), pas d'obligation personnelle envers les autres participants, et comme on l'a souligne, le départ y est toujours volontaire et possible a chaque instant.

Dans la modalité Equality Matching, la réciprocité est très importante: le non-retour d'un don crée soit une inégalité de prestige, une cassure de la relation, voire un conflit, il y a 'dette non-payée'. Dans les sociétés féodales, le don est 'redistributif': par le biais de la compétition du don envers les institutions religieuses, le donateur augmente son prestige, et les ressources sont redistribuées par l'institution religieuses. Dans les économies du don, bien que ces sociétés soit non-capitalistes, le calcul est implicite (ou explicite), et l'objet devient facilement une 'commodité'.

Les processus P2P par contre, sont caractérisés par le don 'non-réciproque'. Il y a donc bien don: le don de l'individu (de son temps, de son intelligence et de sa créativité) au projet et sa communauté, le don du projet par la communauté a la société. Mais nous l'avons vu: le don n'est pas obligatoire, on peut être simplement utilisateur. Chaque utilisateur et donateur reçoit beaucoup plus (l'accumulation de la valeur d'usage du projet sur fonds de milliers d'améliorations régulières). Il y a donc dans un certain sens la création d'une dette sociale, mais qui peut être 'acquittée' par son engagement dans d'autres projets.

Le P2P n'est donc pas assimilable 'en soi' aux nombreuses tentatives contemporaines de création de mode d'échange non-marchands, tels les SELS, le commerce équitable, l'économie solidaire. Mais il leur est évidemment lié.

Lié par la volonté de donner. Lié par la volonté de créer une alternative non-marchande. Dans les projets P2P et les projets d'échange non-inégalitaire, les participants sont évidemment liés 'spirituellement' par leur engagement pour des valeurs communes, par la construction d'un nouveau type de société, par les buts et les valeurs du projet spécifiques. Ceci veut dire qu'il n'y a aucun problème de principe pour que les partisans des uns et des autres ne se retrouvent pas dans des idéaux communs. Le choix pour la participation non-réciproque ou pour le partage réciproque est largement une décision 'technique', de comparaison d'efficacité selon l’object social. Pour les produits rivaux, l'économie du don semble plus approprie, mais la où il y des biens non-rivaux, les processus P2P seront préférables.

Il est également clair que l'infrastructure technologique, légale et collaborative va grandement faciliter de nombreux projets d'économie sociale, la création d'un secteur 'for benefit' (pour le bien de tous) et non pas 'pour le profit'.


P2P, le marché, le capitalisme

Il y a évidemment quelques ressemblances entre les processus P2P et le marché, qui font que certains auteurs d'obédience libérale tentent a l'assimiler.

Dans les deux cas, il y a effectivement un réseau distribué, ainsi que des agents autonomes. Mais là s'arrête la ressemblance. Dans un marché, il y échange entre valeurs présumées égales. Les 'partenaires' de la transaction sont neutres. Il y a dans le meilleur cas, une situation gagnant-gagnant, mais le marché ne peut tenir compte des externalités. Dans le P2P, la coopération n'est pas neutre, mais synergique, et elle vise à créer un bien commun (donc, le processus et gagnant-gagnant-gagnant). Les transactions marchandes sont informées par le prix (qui donne une information synthétique sur l'offre et la demande), et on peut ainsi décider sur la répartition des ressources. Tandis que la valeur d'usage des projets P2P est disponible gratuitement et ce sera l'usage lui-même qui informe directement sur l’intérêt d'un projet. Les firmes capitalistes sont gérées par des hiérarchies fixes, contrairement aux projets P2P. Le P2P peut servir à approvisionner tout être humain (à condition évidemment de disposer de ressources intellectuelles et informatiques), et pas seulement ceux qui disposent d'argent. Le marché ne vise donc pas la participation de tous.

Le marché n'est pas caractérisé par l'holoptisme, c.a.d. la connaissance du tout, mais n'opère pas différemment d'une société d'insectes, c'est en quoi il est 'inhumain'. Nous savons qu’il n'opère pas très bien pour les besoins communs pour lequel on ne peut pas obtenir un retour directe (sécurité, santé publique, infrastructure de transport, etc..). Généralement, il conduit inexorablement aux anti-marchés monopolistiques caractéristiques du capitalisme.


Quel est donc la relation du P2P avec le capitalisme ?

Nous avons voulu démontrer que le capitalisme contemporain repose essentiellement sur des réseaux distribués. Il est également 'collaboratif', reposant sur les 'groupes de projets' et est le récipient d'une créativité sociale généralisée. L'innovation est aujourd’hui beaucoup plus dépendante de l'apport des consommateurs, que d'entrepreneurs innovants isolés, comme l'a démontré Eric von Hippel dans son livre "The Democratisation of Innovation'. La production est aujourd'hui un partenariat entre les différentes entreprises en réseau, et leurs consommateurs, qui sont à leur tour en relation avec le monde entier. L'entreprise n'est plus isolée comme acteur autonome. Il existe donc de fort aspects participatifs dans le capitalisme contemporain. Mais en même temps: celui-ci repose sur des modes hiérarchiques pour protéger la primauté du profit dans l'entreprise. En fait le 'management by objectives' ressemble beaucoup à un ordre féodal, même si l'autorité y est uniquement fonctionnelle. Mais dans le capitalisme tout est subordonné à la primauté du profit et de la croissance: les processus y sont donc instrumentalisés pour asseoir une domination et une exploitation, et non pour garantir une participation équitable. Tout comme l'Etat a été grandement instrumentalisé pour obtenir l'utopie néo-libérale d'un tout marché.

Mais le P2P change aussi en partie la nature du capitalisme. Selon l'hypothèse du capitalisme cognitif (Carlo Vercellone et al.), le mode d'accumulation repose sur les ressources immatérielles, captées par les brevets et les technologies de la propriété intellectuelle. Selon l'hypothèse du capitalisme vectoraliste de Mackenzie Wark, la nouvelle configuration de classe mets en branle une nouvelle classe de producteurs de valeur d'usage, la classe des hackers (à ne pas confondre avec les informaticiens, il s'agit ici de tous créateurs de valeurs immaterielles), et une classe qui monopolise les 'vecteurs d'informations" sans laquelle la valeur d'usage ne peut être convertie en valeur d'échange. Mais nous avons aujourd’hui création d'un Commun Informationnel non-appropriable (lié a une lutte contre l'appropriation préalable), et l'Internet représente un vecteur de communication distribuée, en dehors du contrôle des capitalistes vectoralistes. C'est pourquoi nous croyons à l'importance d'une nouvelle couche 'capitaliste'. Celle-ci n'a ni besoin de l'accumulation de propriété intellectuelle, ni des vecteurs informationnels, mais par contre, facilite et exploite les nouveaux réseaux participatifs (la valeur de Google, eBay, Amazon, est dépendante en très grande partie de la création commune de valeur par le biais de processus P2P).

Nombreux sont ceux parmi les commentateurs libéraux, qui tentent donc d'assimiler les processus P2P et de mise en Commun aux processus marchands. Par exemple, il est argumenté que la participation à ce type de projets est un donnant-donnant qui permet aux participants d'asseoir une réputation qui peut ensuite être monnayée dans l'économie marchande. Mais cela ne semble être confirme par aucune des études empiriques sur la participation, qui semble démontrer que la motivation principale est "l'apprentissage en commun". Lawrence Lessig, un grand défenseur des Communs Informationelles, défend son initiative de license Creative Commons en argumentant qu'il s'agit de créer un vrai marché, bien qu'il n'ai pas d'offre et de demande organisée par les prix de marchandises. Et Eric Raymond décrit la production libre comme un Bazar, une institution marchande par excellence, mais la aussi, c'est une assertion qui ne peut être validée. Pourtant, l'engouement de libertaires anti-etatistes Americains peut être expliqué par le biais que prend la Liberté dans les processus P2P. Les processus P2P sont en effet basés sur:

  1. la reconnaissance de la Liberté individuelle, d'initier ou de participer a un projet, de s'y retirer
  2. l'Égalité y est représente par l'équipotence reconnue à tout participant, ainsi qu'à la distribution égalitaire des fruits du travail Commun
  3. Mais les processus P2P y ajoute un troisième facteur, la Fraternité, celle-ci prends racine dans la volonté de contribuer a la richesse commune et de trouver des solutions a la problématique globale; et dans les processus de gouvernance de pair a pair

Le P2P a donc une double nature: par le biais de son infrastructure informatique distributive et collaborative, il est instrumentalisé par le capital. Mais le P2P ne peut se réduire a cette instrumentalisation. Elle est une initiative du monde civil pour sortir de la dichotomie marché-etat, offrant un troisième mode d'organisation sociale.

En effet: 1) cette même infrastructure renforce l'autonomie du monde civil; 2) son mode de production ne répond ni a des impératifs de marché, ni a une hiérarchie étatique ou corporative; 3) son mode de gouvernance non hiérarchique se sépare de celui des entreprises, mais aussi du mode étatique; 4) Sa mise en commun de la propriété intellectuelle rend impossible l'appropriation privée et crée un 'troisième domaine social'.


L'extension du mode P2P dans le monde de demain

Nous voulons ici réfléchir à une extension possible du mode P2P, et de son articulation présente et future dans la société. Mais avant récapitulons la phénoménologie P2P par le moyen des tables suivantes.

Comment le P2p s’insère dans le capitalisme cognitif ?


Table 2- La place du P2P dans la societe contemporaine


MARCHÉ ETAT P2P
Economie Capitalisme / Marché non-capitaliste Socialisme étatique / Régulation Peer Production / production du Commun par des pairs
Gouvernance Allocation des ressources par le marché et par les prix Planning centralisateur / Hiérarchie administrative Gouvernance P2P / Multistakeholders governance
Philosophies et idéaux politiques Libéralisme Socialisme d'état sociale-démocrate ou stalinien Socialisme civil ou 'Common-isme P2P'
Origine sociale Entrepreneur / Propriétaires Capitalistes Fonctionnaires réformistes / Bureaucratie du mouvement ouvrier Monde civil


Figure 3 – Articulation des différents phénomènes P2P

Niveaux

  • Ecologie (agir avec le monde)
  • Socialité (agir avec les autres)
  • Economie (reproduction)
  • Gouvernance et Politique


1. Infrastructures

  • Informatique distribue – réseaux – communicateurs viraux
  • Media 'de tous a tous'
  • Logiciels coopératif
  • propriété 'commune' / protocoles coopératifs


2. Pratiques sociales

  • Création du Commun Informationnel
  • Echange citoyen
  • Production P2P
  • Gouvernance P2P / Politique non-représentationelle


3. Idéaux socioculturels

  • Cosmologie relationnelle / participative (changement 'ontologique')
  • Connaissance dialogique post-médiatisée (changement 'epistemologique')
  • Economie pluraliste du Commun (changement 'axiologique')
  • Démocratie Absolue


Bien que les phénomènes P2P ont pris une extension remarquable et significative ces dernières années, ils sont encore largement cantonnés dans la sphère immatérielle. Nous devons nous poser la question de son étendue possible.

Il parait clair que le P2P a de très grandes chances de devenir le mode dominant dans la sphère immatérielle de l'échange de savoirs . Partout ou il y a 'abondance' ou 'surplus' d'intelligence humaine, et cela partout où l'accès à la base informatique coopérative est garantie (cette dernière étant donc une problématique sociale importante). Notons ici déjà l'existence de la base matérielle informationnelle 'distribuée'. Tous les participants à des processus P2P disposent d'un surplus matériel de mémoire informatique, de cycles de computation qui sont 'perdus' en cas de non partage, et qui se renouvellent automatiquement après usage. Ce surplus est non seulement employé pour des échanges intellectuels mais pour des coopérations matérielles telles que la mise en commun de cycles de computation pour la recherché scientifique. Le deuxième mode de transport Américain, le carpooling, pratique éminemment 'physique', est également organisé sur ce même mode de partage 'mise en commun' et sans réciprocité.

Cependant la ou la production est purement 'matérielle' et ou les investissements de capitaux sont majeurs, l'extension du mode P2P semble difficile voire impossible. Pourtant, des modes hybrides semblent possibles. Par exemple, si la phase 'design', phase immatérielle était séparée de la phase productive, on pourrait imaginer des investisseurs publics ou privés faisant appel a des communautés P2P pour le développement et la recherche (voir Thinkcyle). Ces pratiques d'innovation sont en faits déjà assez bien développées. Une possible voie d'avenir est la 'distribution' du capital. Le projet Zona par exemple propose une banque participative, ou de nombreux petits investisseurs peuvent mettre ensemble leurs ressources. Aux Etats Unis de nombreux 'gifting circles' ce sont déjà développés. Mais ces développements seront probablement mineurs sans changements radicales des structures socio-économiques.

L'infrastructure P2P va aussi servir a l'extension de l'économie solidaire, et par exemple les monnaies locales, les initiatives de types SELS, les banques Grameen, et le 'capitalisme P2P' connu sous le vocable 'Bottom of the Pyramid'.

Tous ces processus sociaux, lents mais quasiment inévitables et automatiques pourront être récupérés dans le système 'existant'. Les pratiques du capitalisme 'netarchique' sont évidemment appelées à être développées considérablement.

Dans ce scénario beaucoup dépend de l'équilibre des forces politiques et sociales . Dans un scénario de renforcement du capitalisme cognitif, base sur l'accumulation d'un savoir privatisé, une destruction du Commun est envisageable. Un scénario d'équilibrage est aussi envisageable, si l'on croit que le modèle néolibéral peut se stabiliser et trouver des réponses aux crises écologiques.


Au-Delà du capitalisme ?

L'intérêt de l'analyse que j'ai proposée ici est qu'elle permet une nouvelle vision des alternatives politiques et sociales, un nouveau mode de civilisation.

Le capitalisme néolibéral ne semble pas capable, c'est le moins que l'on puisse en dire, de trouver des solutions fondamentales aux formidables crises de l'équilibre naturel. Mais les alternatives étatiques totalitaires ont été profondément discréditées. Une défense de l'état social industriel, tel que la propose la social-démocratie aujourd’hui, semble une politique d'arrière garde et défensive vis a vis des processus du 'tout marché'.

Une reconceptualisation P2P offre a mon avis une alternative attractive. Elle est base sur la reconnaissance des profonds changements qui transforment nos sociétés, et sur l'émergence d'une nouvelle formation sociale qui vient directement de la société civile et est en phase avec des profondes mutations des valeurs et d'idéaux socioculturels. Le 'commonisme P2P' offre un langage profondément en phase avec l'expérience de vie des jeunes generations ainsi que les strates sociales utilisants les nouveaux moyens de production cognitif.

Le commonisme P2P offre :

  1. l'idéal de la Démocratie Absolue: une démocratie qui ne s'arrête plus uniquement au monde politique mais s'étend vers l'autonomie culturelle, économique, etc.…
  2. L'idéal de l'économie pluraliste centré sur le commun: 1) peut libérer l'état de l'emprise du capital en lui proposant une régulation qui reconnaît les trois mode de production 2) peut libérer le marché, institution millénaire qui ne nécessite pas de croissance absolue 'en soi', de l'emprise du capitalisme; 3) peut transformer l'état et le monde inter-étatique par l'introduction de mécanisme de 'Gouvernance P2P' (et le 'multistakeholdership'). Cette conception sociale triangulaire permet d'éviter le tout marché, le tout état, mais aussi un totalitarisme de type communautaire 'P2P', en reconnaissant la différentiation du monde moderne.
  3. L'idéal d'une relation participative avec l'univers matériel dans sa totalité parait la seule issue contre l'instrumentalisation croissante du monde naturel, et parait le seul capable de re-instaurer un équilibre entre le monde humain et le monde naturel

Politiquement, une conceptualisation P2P pourrait intégrer :

  1. les partisans des vieux socialismes, mais aussi les nouveaux travailleurs de l'immatériel
  2. les partisans de la liberté, libéraux et libertaires sincères hostile aux 'anti-marché' du capitalisme monopolistique; et les communautaristes
  3. les défenseurs d'un marché non-capitaliste ('natural capitalism' de Hazel Henderson, David Korten, Paul Hawken; throughput-economics de Herman Daly, conception de Braudel) ou d'un capitalisme profondement socialise (Eric Olin Wright)
  4. les défenseurs de l'écologie politique
  5. les défenseurs des Communs physiques (mouvements indigènes), les mouvements contre l'appropriation du savoir, les défenseurs du Commun Informationnel (James Boyle, David Bollier, Philippe Aigrain)

L'avantage de la conceptualisation P2P est qu'il repose pas sur un utopisme (bien qu'il soit associe a des idéaux socioculturels), mais sur des pratiques sociales déjà existantes; il est donc éminemment 'réaliste', tout en refusant le capitalisme comme horizon ultime de l'humanité.


Bibliographie

Benasayag, Miguel. Du contre-pouvoir. La Decouverte, 2002

Ferrer, Jorge N. Revisioning Transpersonal Theory: A Participatory Vision of Human Spirituality. SUNY, 2001

Fiske, Alan Page. Structures of Social Life. Free Press, 1993

Heron, John. Sacred Science. PCCS Books, 1998

Galloway, Alexander . Protocol: How Control Exists After Decentralization MIT Press, 2004

Himanen, Pekka. The Hacker Ethic and the Spirit of the Information Age. Random House, 2002

Inglehart, Ronald. Culture Shift in Advanced Industrial Society. Princeton University Press, 1989

Kane, Pat. The Play Ethic: A Manifesto for a Different Way of Living. Macmillan, 2003

Lazzarato, Maurizio. Les Revolutions du Capitalisme.Les Empecheurs de Penser en Rond, 2004

Lessig, Lawrence. Free Culture. Penguin, 2004

Raymond, Eric. The Cathedral and the Bazaar. O’Reilly, 2001

Rifkin, Jeremy. The Age of Access. J.P. Tarcher, 2001

Sagot-Duvauroux, Jean-Louis. Pour la Gratuite. Desclee-De Brouwer, 1995

Sahlins, Marshall D. Stone Age Economics. Aldine, 1972

Skolimowski, Henryk. The Participatory Mind. Penguin, 1995

Skrbina, David. Panpsychism in the West. MIT Press, 2005

Stallman, Richard. Free Software, Free Society. Free Software Foundation, 2002

Stewart, John. Evolution’s Arrow. Chapman Press, 2000

Tuomi, Ilkka. Networks of Innovation. Oxford Press, 2003

Vercelonne, Carlo, dir. Sommes-nous sorti du capitalisme industriel? La Dispute, 2003

von Hippel, Eric. The Democratization of Innovation. MIT Press, 2004

Wark, McKenzie. A Hacker Manifesto. Harvard University Press, 2004

Weber, Steve. The Success of Open Source. Harvard University Press, 2004

Wilber, Ken. A Theory of Everything. Shambhala, 2001


Présentation de l'auteur

  • Michel Bauwens a été le fondateur de deux enterprises dot.com en Belgique ainsi que stratège et prospectiviste eBusiness pour Belgacom, la grande entreprise de Telecom Belge. Il a enseigne l'Anthropologie de la Société Digitale pour l'ICHEC a Bruxelles, ou il a co-dirige deux livres du même titre. Avec Frank Theys, il a co-produit le documentaire "TechnoCalyps, the metaphysics of technology and the end of man" (1998) dont une nouvelle version sortira en Mai 2006. Depuis, 2004, l habite aujourd'hui a Chiang Mai, Thailande, ou il anime la Foundation for P2P Alternatives ainsi que le bulletin signaletique associe (dont l'archive est consultable a http://integralvisioning.org/index.php?topic=p2p ). Il enseigne régulièrement pour les universités locales mais dévoue l'essentiel de son temps a la recherche sur l’émergence du P2P comme nouveau mode de production et de gouvernance. Il peut être contacté a l'email suivant : [email protected] Une version plus complète de l'essai, en anglais, est consultable a l'adresse suivante : http://integralvisioning.org/article.php?story=p2ptheory1
  • Rémi Sussan est journaliste, ainsi que spécialiste des mondes virtuels et des aspects futuristes de la culture populaire (voir son livre "Les utopies posthumaines"). Il est joignable par courriel a l'adresse [email protected]